Les graines permettent de prendre de beaux poissons, souvent en quantité, avec un coût de revient modique et une disponibilité aisée ! Toutefois pour que cette pêche soit un succès, un petit amorçage/agrainage d’accoutumance est souvent préférable, mais pas indispensable. Les graines employées pour la pêche sont presque toujours préalablement cuites.

Avec quelles graines pêcher ?

Pour les poissons blancs ( gardons, brèmes, …) et la pêche au coup les principales, les plus utilisées et faciles à trouver sont au nombre de trois : Maïs, Blé, Chenevis; quatre si l’on tient compte du bird food mais c’est un mélange et qui n’est pas forcément utilisé au bout de l’hameçon.

Il existe une quantité importante de graines qui peuvent prendre du poisson et notamment des carpes : la bien connue noix tigrée, la fève, etc.

Le maïs

Graine bien connue des pêcheurs de carpes (et des autres) qui rivalisent d’ingéniosité pour les montages présentés à leur cyprinidé favori ! Comme appât, le maïs est un appât de premier ordre pour les brèmes, les gardons, les tanches, carassins, gros rotengles. Cette esche est plutôt sélective quant à la taille des poissons qui viendront titiller votre montage. Pêcher au maïs, peut facilement s’improviser … un rapide passage au supermarché du coin et vous voilà nanti d’une boite d’appâts près à pêcher. En revanche sans amorçage préalable, il y a fort à parier que le poisson se fera un peu attendre. Un petit truc si vous pêchez au coup dans un endroit où il y a un peu de courant, agrainez presque à chaque coulée (5 ou 6 grains) … le poisson « devrait » finir par arriver. Si vous souhaitez pratiquer un amorçage d’accoutumance, prévoyez de cuire le maïs vous même. Pour information du maïs d’élevage coûte une dizaine d’Euros … les 25 kg !! La cuisson simplement: trempage durant 48 heures et cuisson en cocote ou faitout jusqu’à ce que certains grains éclatent ( + ou – 30 minutes), vous pouvez au préalable bien sucrer l’eau de cuisson si vous le désirez ! Avoir des grains éclatés vous permettra d’attirer des poissons de différentes tailles … les petits puis les plus gros ??

Le blé

Une graine très peu chère, aussi facile à se procurer que le maïs et toute aussi efficace. Vous pouvez la cuire vous même et risquer si vous ne possédez pas une arrière cuisine. Comme pour le maïs, c’est une graine qu’il est souhaitable de laisser tremper durant 24 à 48 heures, en changeant l’eau au moins une fois afin d’éviter qu’elle surisse. La cuisson peut être réalisée à la cocote minute durant 10 à 15 minutes environ ou dans un faitout pendant 20 à 30 minutes. Le faitout a l’avantage de permettre un contrôle visuel de l’éclatement des graines : il faut qu’elles soient juste ouvertes pas complètement éclatées car elles tiendront difficilement à l’hameçon mais pourront suffire pour un amorçage d’accoutumance … Un petit truc: lors de la cuisson de votre blé, vous pouvez ajouter à l’eau quelques cuillères à soupe de sucre (sans que ça devienne forcément un sirop). Certains poissons ont une certaine appétence pour les goûts sucrés, fruités …

Le chènevis

Dans certaines rivières la graine du succès, en revanche dans l’Orne il est préférable de ne l’utiliser que dans l’amorce sous forme de farine : chènevis grillé ou chènevis moulu. Une mode un peu passée de nos jours, mais toujours d’une efficacité redoutable, consistait à acheter un ou des pains de chènevis afin d’assurer l’amorçage d’accoutumance d’un spot. Cet amorçage d’accoutumance était réalisé pendant quelques jours avant la pêche à raison d’un pain de 500 g / jour.  Un bon pain de chènevis doit avoir l’air bien gras (présence d’huile de chènevis) c’est ce qui lui confère son pouvoir « attractant » sur les gardons bien sur, mais aussi sur les carpes …

Bird food

Littéralement la « nourriture pour oiseaux« , ces graines initialement prévues pour nourrir des volatiles, ont vu leur usage détourné, à des fins d’amorçage. De nombreux pêcheurs les utilisent et  pas nécessairement des carpistes. Encore un appât peu onéreux très facile à trouver et tout aussi simple à mettre en oeuvre. Pour la cuisson de ces graines, il est judicieux de rester à proximité de la marmite car comme toutes ces graines n’ont pas le même diamètre, surveillez ? Ceux qui souhaitent aller encore plus loin, la nourriture pour les poussins (constituée essentiellement de céréales) peut aussi faire un excellent complément d’amorce. Il y une quantité importante de produits dont l’usage premier n’est pas de nourrir les poissons mais qui peuvent avantageusement être utilisés au bord de l’eau … parfois il suffit d’essayer. Attention à la paix des ménages … il y a des odeurs persistantes !

Pour conclure

Je pourrais poursuivre assez longuement cet article consacré aux graines, néanmoins pour le pêcheur Lambda (dont je fais partie) avec ces quatre là bien utilisées, il y a, dans l’Orne de très belles pêches à faire sans forcément se compliquer la vie.

Une partie de la réussite réside dans le choix du poste/ la connaissance des fonds, puis vient l’esche utilisée, la technique bien sur et un peu de chance ensuite …

Les graines et la pêche
Etiqueté sur :     

Vos Informations

Faites nous savoir qui êtes vous et comment vous contacter.


Comment pouvons-nous vous aider ?

N’hésitez pas à poser une question ou à simplement laisser un commentaire.