4 Partages

Presque derrière chaque pêcheur se cache un bricoleur …
Que ce pour le montage des lignes, l’optimisation du rangement, la fabrication d’un appât génial, presque tous ceux (un peu chevronnés) que j’ai croisé au bord de l’eau s’adonnaient au DIY (Do It Yourself ou Fais le Toi-Même).
La majorité des membres du Quiver Club 14 ne font pas exception.

Tarif des cages feeder

Selon le modèle et la taille dont vous avez besoin, fonction du type de plan d’eau pêché (fermé ou rivière), le prix d’une cage feeder d’environ 1 € (10 g chez D4) à plus de 3 € voir plus si les grammages sont importants.

Une grande partie de nos pêches sont effectuées dans l’Orne et la durée de vie d’une cage feeder va de quelques minutes (pas de chance) à 2 ou 3 sessions en ayant un peu de chance.

Sur une année de pêche, ce ne sont pas moins d’une trentaine de cages de différents grammages qui terminent au fond de l’eau ou dans la végétation environnante.

Si seulement il était possible de les récupérer, que ce soit pour la pollution comme pour notre porte monnaie !

Si l’on prend en considération un prix moyen de cage feeder à 2.50 € ce sont presque 75 € qui peuvent partir à l’eau chaque année !

Pourquoi fabriquer ses cages feeder ?

Parmi les critères qui peuvent motiver un pêcheur à fabriquer ses cages, la première est très probablement économique.

Toutefois, Les économies n’arriveront pas la première année, sauf si vous pêchez ou que vous accrochez beaucoup …

A partir de la seconde année, l’acquisition des moules et autres accessoires seront amortis et le coût des cages devient très faible.

De plus fabriquer ses cages feeder permet de disposer en nombre de différentes tailles et grammages.

La prospection régulière de nouveaux postes est souvent consommatrice d’accessoires, cages comprises.

Réaliser des cages à l’aide d’un grillage plastique permettra de récupérer plus souvent tout ou partie du montage qu’avec le modèle métallique.

La souplesse a du bon et je n’ai vu aucun changement quant au maintien de l’amorce dans la cage ou une baisse de prises dans notre cours d’eau de prédilection, l’Orne.

Un dernier argument pour les pêcheurs maladroits (dont je suis), si par le plus grand des hasards, vous posiez un pied sur ces cages feeder, elles sont pratiquement indéformables … ce qui est loin d’être le cas de leur consœurs métalliques !!

Coût de revient relatif …

  • L’achat des moules coûte 40 € environ (frais de port compris) pour les grammages communiqués ci-après.
  • Le grillage plastique se trouve facilement à 12 € les 3 mètres environ
  • Le fil de laiton 3/10 e à 4.50 €
  • Une bobine de 50 m de nylon 30 ou 40/100e (le moins cher possible) à 2.50 €
  • Le plomb* nécessaire à la réalisation des lests se trouve très facilement chez un ferrailleur à quelques dizaines de centimes d’€ le kilo, voir gratuitement si vous avez un plombier (démontage de tuyauteries anciennes) dans vos relations ou si vous cherchez un peu.

Tous ces éléments mis bout à bout font un total d’environ 60 €

Accessoires nécessaires à la réalisation de cages feeder

Quelques outils :Une pince à bec ou multiprise, nécessaire pour le sertissage du plomb sur la cage, une paire de ciseaux costauds pour couper proprement le grillage plastique.

Les moules à plomb en 20, 30, 40 grammes et en 50, 60, 70 grammes. Il existe des grammages plus importants si besoin.

Le grillage plastique vert  coût est de 10 à 30 € selon la longueur. Pour information, un rouleau de 3 ou 5 m x 1 m se trouve dans « presque » tous les magasins de bricolage ou de jardinage et permettra de réaliser vraiment beaucoup de cages … La bande de grillage nécessaire à la réalisation d’une cage (taille S / M)  fait 7,5 cm de long x 3 cm de large, faites le calcul avec 3 m2 (plusieurs centaines de petites cages !!)

La bobine de fil de laiton 3/10e (30 mètres) est commercialisée elle aussi, dans les magasins de bricolage.

Le nylon (30, 40/100 e par exemple)  nécessaire à la réalisation de la boucle de fixation fait partie des accessoires qui traînent, en principe, dans le fond de la boite à pêche.

Fabriquer ses cages feeder, un jeu d’enfant

1)Découpage du treillis plastique

découpe grillage cage feeder

la 1 ere étape consiste à prélever une bande de 12 « carrés » sur toute la largeur du rouleau de grillage, soit 1 mètre pour celui en ma possession.

Ensuite, il faut segmenter cette bande en morceaux de 6 « carrés » de coté par 12 carrés de longueurs.

Vous pouvez lors de cette étape, réaliser une bonne quantité de petites bandes que vous assemblerez par la suite.

2) Assemblage et liaison

A partir de cette bande, il vous faudra assembler les 2 petits cotés ( 3 cm de large) en les liant à l’aide du fil de laiton.

cage feeder plastique en cours de fabrication

Réaliser cette fixation est indispensable car elle évitera à vos cages, une fois l’amorce en place, d’éclater en action de pêche.

Les plombs sont « pincés » sur le grillage mais la résistance qu’ils octroient au montage est insuffisante. Après plusieurs « bourrages » d’amorce dans le panier, les cages s’ouvrent au niveau de la base du plomb.

Il est donc important de lier en trois voir 4 points votre future cage feeder.

De plus le fil de laiton (résistance à la traction supérieure à 2 kg) se travaille facilement à l’aide d’une pince et se coupe avec les ciseaux un peu solides.

Cette étape réalisée votre cage aura un diamètre de 2,5 cm et une longueur de 3 cm (taille Small).

3) Réalisation d’une boucle en nylon

nœud double boucle

Pour ce faire, un nœud double boucle fait parfaitement l’affaire, tant au niveau de la résistance que de la rapidité de mise en oeuvre.

La longueur finie de ce nœud doit se situer entre 3 et 4 cm, pas plus.

Il servira à « accrocher » votre cage feeder terminée sur le corps de ligne.

Merci à Caperlan pour l’illustration du nœud double boucle.

Il vous faudra couper cette boucle de liaison, quelques millimètres au dessus du nœud.

4) Sertissage du plomb sur la cage et finitions

Aucune des étapes précédemment décrites, n’est compliquée celle ci n’y fait pas exception. Pour sertir le plomb sur la cage, il suffit dans un 1er temps, de plier la languette du lest à 90 degrés

d’un coté, de l’appliquer sur le bord de la cage plastique (coté fil de laiton) et de serrer à l’aide de la pince. Répéter l’opération pour l’autre coté, en y insérant la boucle en nylon, nœud derrière la languette en plomb.

Le plomb doux peut se former à la main sur les masses de 20/30/40/50 g sur les grammages supérieurs, prendre la pince pour former l’angle.

Exemples de cages « maison » …

Qu’il s’agisse d’Olivier (notre président) qui est capable de vous réaliser des cages qui ressemblent (presque) à s’y méprendre à celles commercialisées par Garbolino sous le nom de « Distance feeder cylindrique », de Christophe K et ses Ch’asticots ou encore du rédacteur de ces lignes tout le monde y va de ses bricolages.

Le plomb : Couler soi même ses plombs, nécessite de prendre quelques précautions.

La première est de le faire dans un lieu extrêmement bien ventilé et avec (si possible) un masque spécial, afin de ne pas respirer les vapeurs (toxiques) de ce métal lourd.

La seconde est de vous protéger au minimum les mains, car le plomb, une fois liquide peut occasionner de sérieuses brûlures (point de fusion à 327.5 °C)

La troisième toutes les manipulations des moules, des plombs coulés se font à l’aide d’outils adaptés et isolés thermiquement.