2 Partages

La pêche au quiver feeder est une pêche de fond, initialement pratiquée par les Anglais.
Pour les débutants, sachez que la finesse du montage n’est pas forcément le premier critère … une partie non négligeable de la ligne repose sur le fond (cage feeder remplie d’amorce et bas de ligne et appât).
De plus il est préférable se faire la main avec un corps de ligne et un montage un peu solides … plutôt que de commencer fin et de tout casser au premier lancer ou au 1er poisson un peu costaud !

La pêche au feeder

Le plus compliqué à maîtriser lorsque vous débutez la pêche au Quiver Feeder c’ est le lancer… car placer un montage qui mesure dans certains cas plus d’1 mètre de long pour un poids d’environ 50 grammes (et fréquemment plus avec l’amorce) à au moins 20 mètres de distance toujours « à peu près » au même endroit, sans faire de perruques, n’est pas forcément aisé !

Le lancer « par dessus tête«  n’est pas le plus facile à maîtriser, les carpistes le savent bien …

Un peu d’entraînement plus tard et sur des distances raisonnables (entre 10 et 25 mètres maximum) les gestes sont vite acquis et les poissons sont souvent au rendez-vous !

Pour viser juste assez rapidement : prenez un point fixe (pas une vache), toujours le même,  sur la berge d’en face et visez le, vous aurez un axe correct.

La distance : les amateurs éclairés mesurent leur fil et le bloque avec le line clip (ou à l’aide d’un élastique) présent sur une majorité de moulinets de nos jours.

Une autre méthode beaucoup plus simple (moins précise mais …),  vous lancez et calez votre cage feeder remplie d’amorce à l’endroit où vous souhaitez pêcher et marquez votre fil à 20/30 cm du galet du moulinet à l’aide d’un marqueur blanc (du genre correcteur blanc de bureau, pas cher et suffisant) …

Toutefois, il vous faudra renouveler l’opération plusieurs fois durant la journée, le blanco a une fâcheuse tendance à s’effacer après un certain nombre de lancers.

Il ne vous restera plus lors des prochains lancers qu’à repositionner votre marqueur au même endroit.

Les puristes trouveront certainement la précision aléatoire, néanmoins lorsque l’on débute n’est ce pas suffisant ?

Constance et régularité

Une part importante du succès de cette pêche et de bien d’autres réside dans la capacité du pêcheur à être régulier dans l’amorçage, précis dans le lancer, en bref constant.

  • Précision du lancer : difficile au départ de lancer 25/30g à 30 mètres toujours dans le même périmètre d’1,50 m environ et il s’agit du poids du feeder vide. Avec l’amorce à l’intérieur, le poids de la cage avoisine les 50 grammes et fréquemment plus.
  • Régularité de l’amorçage : En l’absence de touches fréquentes il faut relancer régulièrement toutes les 5 à 10 minutes environ.

La pêche au feeder n’est nullement une pêche statique car pour prendre du poisson il faut relancer avec une régularité constante. Les distances de pêche sont généralement supérieures à 15/20 mètres.

Les poissons sont moins méfiants loin du bord et les spécimens piqués plus dodus …

Lorsque les poissons sont décidés bien entendu !

La cage feeder

Je fais référence ici aux cages feeder les plus simples donc celles dont les mailles font approximativement 5 mm de coté, je reviens ci après sur l’importance du diamètre des cages en action de pêche.

Le poids, le diamètre et la longueur de la cage feeder sont fonctions de la distance à atteindre, du courant et de la profondeur du fleuve, de l’étang ou de la rivière où vous pêchez.

Dans l’Orne, à la belle saison la majorité des pêches se font avec 1 Oz* parfois 2 Oz (rarement plus) et le diamètre intérieur de la cage correspond plus ou moins au diamètre d’un manche à balai ménager !

Un petit truc qui fonctionne pour débuter dans l’Orne: comptez 10 g de poids par tranche de 10 mètres.

En clair vous souhaitez pêcher à 30 mètres : prévoyez une cage de 1 Oz  soit env 28 g à vide et bien entendu le scion quiver adapté.

Justement, le poids de la cage peut facilement doubler lorsqu’elle est remplie d’amorce.

Le diamètre d’une cage

C’est une donnée dont il faut tenir compte

*Oz : Unité de masse anglaise, nommée et prononcée Once (en Fr) dont la valeur est comprise entre 24 et 33 grammes, au feeder on considère qu’elle fait à peu près 28 grammes.

Le diamètre des scions vendus avec les cannes est dimensionné sur cette base … J’ai toujours dit qu’ils étaient compliqués ces Anglais … mais ils pêchent bien et sous des conditions climatiques plus difficiles que dans notre Normandie (Pluie, vent, brouillard mais pire qu’en Normandie !!)

Les émerillons

Un émerillon classique (baril avec attache) pour faire la liaison entre le corps de ligne et le bas de ligne (commencer avec un bas de ligne d’1 mètre et réduire sa longueur si les touches tardent) où est situé l’hameçon.

Les hameçons

La taille de l’hameçon se situe, selon la population piscicole et son gabarit entre 8 et 16.

Dans l’Orne, un hameçon de 14 avec une tige courte prendra du poisson …

Lorsque l’on débute, l’objectif est de prendre du poisson, une fois la technique maîtrisée, on arrive à sélectionner un peu la taille des spécimens recherchés

L’amorce

Un sac d’amorce spéciale feeder ou gros poissons ou encore mieux maison (là c’est un autre débat), ce n’est pas forcément le type d’amorce qui fera le succès de votre session de pêche mais plutôt la façon dont vous la mouillerez et ce que vous mettrez dedans (maïs, blé, …).

Un petit truc : au feeder l’amorce doit de préférence travailler horizontalement.

Les appâts

Presque tous les appâts peuvent être prenants au feeder, mais pour ne citer que les principaux (car cette page n’y suffirait pas)  et les plus simples à se procurer et qui fonctionnent bien dans l’Orne :

  • Les asticots : une dizaine d’asticots bien présentés sur un hameçon et il très rare qu’un gros gardon, une brème voir une tanche ne se laisse pas tenter
  • Le maïs : c’est un appât qui fonctionne très bien au feeder … 3 ou 4 grains montés sur un cheveu et vous sélectionnez la taille des poissons : grosses brèmes, gros gardons, carpeaux, …
  • Les vers de fumier : si le coin où vous vous situez a une bonne population de carassins (dans l’Orne il ne sont pas nombreux) , de tanches c’est une esche à ne pas négliger
  • Les pellets : choix très vaste, mais ceux qui fonctionnent dans l’Orne … les pellets baby-corn (maïs), Halibut, … Faites des essais, c’est comme ça que vous saurez
  • Les bouillettes : de petit diamètre 12 mm par exemple, comme les pellets le choix est pantagruélique … les saveurs fruitées fonctionnent correctement.